Causerie

Le 27 octobre prochain, j’ai le plaisir de participer à une causerie en compagnie d’autrice Martine Delvaux et de la danseuse et chorégraphe Louise Lecavalier. Le thème, en lien avec ma résidence à la Cinémathèque, porte sur l’influence des oeuvres d’art sur notre processus créatif. Ça se passe à la chic librairie l’Euguélionne, à partir de 16h. Au plaisir de vous y voir.

Détails ici

Résidence à la Cinémathèque – 11

Extrait d’une bande dessinée réalisée dans le cadre de ma résidence, à la suite de la projection de L’amour à la plage, un film qui raconte les histoires d’amour de personnes âgées qui passent leurs hivers en Floride. Pour voir l’histoire au complet c’est par ici. 

Résidence à la Cinémathèque – 10

Dans le cadre de ma résidence à la Cinémathèque, j’ai réalisé une petite bande dessinée à la suite de la projection du film Un sourd dans la ville, réalisé par Mireille Dansereau. Cliquez sur l’image pour accéder à l’histoire.

Un sourd dans la ville

Un talk-show sur la vie d’artiste

Tristesse présente un talk-show

Ces jours ci, je travaille sur un projet plutôt chouette… Le 30 août prochain, à 19h, la revue Tristesse présente son premier talk-show à la librairie le Port de tête.
Le thème portera sur la vie d’artiste, et nos invités sont magiques: Daphné B., Emmanuelle Caron, Rafaël Ouellet et… moi (eh).
Pour les détails, événement facebook ici: https://www.facebook.com/events/290944978308337/

 

Résidence Cinémathèque québécoise – 2

Deuxième semaine de résidence à la Cinémathèque québécoise:

Jouer avec l'hypocondrie, Catherine Ocelot

« Jouer avec l’hypocondrie. »

J’ai dessiné cette image à la suite de la projection du Septième sceau de Bergman, et d’une discussion avec un spectateur qui en disait entre autres ceci: « C’est un film de rencontres impossibles ».

Par ici pour suivre la résidence sur Instagram
ou
Cliquez ici pour en savoir plus sur ma résidence et pour participer

 

Résidence Cinémathèque québécoise – 1

Première semaine de résidence à la Cinémathèque québécoise:

Un risque, Catherine Ocelot

«Un risque»
J’ai réalisé cette photo à la suite de la projection du film Claire l’hiver (Sophie Bédard Marcotte), et d’une discussion avec une spectatrice.

Pour en savoir plus sur ma résidence à la Cinémathèque québécoise et pour participer, c’est par ici. 

 

La Cinémathèque québécoise

Quel est l’impact des films sur nous, sur nos vies? Comment les ressentons-nous? Comment le cinéma nous nourrit-il, nous transforme-t-il? En quoi, et pourquoi notre interprétation des films diffèrent-elles?

Dès le mois d’avril, j’aurai l’immense plaisir de débuter une résidence d’artiste à La Cinémathèque québécoise afin d’examiner ces questions. J’y déménagerai mon atelier pour y travailler et aller à la rencontre des cinéphiles. À chaque semaine, à la suite de projections que j’aurai sélectionnées, j’aurai une discussion avec un membre du public, pour ensuite créer une image inspirée par le film, et cette rencontre. Au terme de la résidence, une exposition sera montée à la Cinémathèque. Si vous êtes intéressé.es à participer, vous pouvez cliquer ici.

Je compte mettre en ligne plusieurs images de ma résidence au fur et à mesure sur mon compte instagram.

À suivre!

la cinematheque quebecoise

La vie d’artiste

Mon prochain livre, à paraître le 6 mars:
Lancement le 8 mars au Bar A, détails ici

La vie d'artiste, Catherine Ocelot

Qu’est-ce que ça fait, avoir des amis qui réussissent? Est-ce prétentieux d’avoir l’ambition de grimper dans un arbre? Risquer de tomber, sans assurances collectives, ça vaut le coup? Peut-on parler de sa cellulite dans un livre et se faire prendre au sérieux? Les talons hauts sont-ils nécessaires pour séduire? Le couple est-il un frein? Citer Deleuze rend-il crédible? Quel est l’impact de la famille sur le travail? Les singes du Biodôme sont-ils découragés par nos conversations?

Dans son nouvel opus, Catherine Ocelot s’interroge sur sa place en tant qu’artiste. Que doit-elle et que veut-elle dire? Pour l’éclairer, elle a rencontré sept artistes, œuvrant dans des disciplines diverses. Ainsi, Micheline Lanctôt, Rafaël Ouellet, Natacha Clitandre, Julie Delporte, Marcel Jean, Emmanuelle Caron et Daphné B. livrent leurs doutes, leurs luttes, leurs ambitions et leurs accidents de parcours. L’auteure met en scène ces rencontres avec finesse et humour, et y fait écho avec des scènes de sa propre vie. La vie d’artiste est un récit tragi-comique teinté d’onirisme qui explore l’impact des autres sur soi, mené par une artiste qui se dévoile à elle-même.

Tristesse

Tristesse

 

Tristesse

Tristesse, c’est une revue artistique et littéraire lancée par Marie Saur et David Turgeon.
C’est un honneur d’y publier deux photos (dont celle de la couverture), ainsi qu’un texte (portant sur mes cheveux).
Tristesse, c’est une revue emplie de petits bijoux d’essais, conversations, textes, collages et bandes dessinées de personnes formidables comme: Daphné Blue, Marie Saur, David Turgeon, Patrice Lessard, Julie Delporte, Napoléon Caillot, Natacha Clitandre, Laurence Côté-Fournier, Song Yi Han, Sara Hache, Rosalie Lavoie, Commando Culotte (Mirion Malle), Bertrand Panier, Alexa Pecharmel.

Entrevue avec Marcel Jean

Marcel Jean Catherine Ocelot

Dans le dernier numéro de la Revue Planches, mon entrevue avec Marcel Jean, directeur de la cinémathèque québécoise et directeur artistique du festival international du film d’animation d’Annecy. Sur fond d’une expo de Clyde Henry Productions.