Symptômes

Sortie prévue en novembre 2021, aux Éditions Pow Pow.
«Dans cette quatrième bande dessinée, Catherine Ocelot s’interroge sur les empreintes laissées par les mots, sur ce qui rend malade et ce qui guérit, sur la nature profonde de chaque individu et sur la manière de tendre l’oreille à cette petite voix que l’on tait trop souvent.
 
Comme des plantes qui s’enlacent dans une serre, les récits de Symptômes s’entrecroisent et s’imbriquent les uns dans les autres pour exposer les liens qui nous unissent, mais aussi la façon dont les relations, qu’elles soient toxiques ou saines, se répercutent sur notre corps et notre esprit. Et si des fils invisibles nous reliaient pour toujours à ceux qui ont joué un rôle dans notre vie?
»

Catherine Ocelot - Symptômes

Exposition à la Cinémathèque québécoise

Du 11 février au 11 avril 2021, j’expose le résultat de ma résidence à la Cinémathèque québécoise, qui s’est déroulée pendant une année, entre 2018 et 2019.
Presse:
Catherine Ocelot et le cinéma de l’inconscient Le Devoir, mars 2021
Réfléchir avec le spectateur La Presse, mars 2021
Catherine Ocelot à la Cinémathèque, Tout un matin, mars 2021
Une année à la Cinémathèque, vue par Marc-André Lussier, Culture Club, mars 2021

Photos: Guy L’Heureux

Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, Une année à la Cinémathèque
Catherine Ocelot, une année à la Cinémathèque

Résidence à la Cinémathèque: Une histoire de vent

Quelques images d’une histoire en trois temps que j’ai réalisée à la suite de la projection du film Une histoire de vent, de Joris Ivens.
Pour toute l’histoire, c’est sur Insagram:
Une histoire de vent, partie 1
Une histoire de vent, partie 2
Une histoire de vent, partie 3

Résidence à la Cinémathèque – A sister’s song

Première image d’une histoire réalisée à la suite de la projection du film A sister’s song, de Danae Elon, et d’une discussion avec une spectatrice.

Pour voir l’histoire en entier, c’est sur Instagram.

Entrevue avec Marcel Jean

Marcel Jean Catherine Ocelot

Dans le dernier numéro de la Revue Planches, mon entrevue avec Marcel Jean, directeur de la cinémathèque québécoise et directeur artistique du festival international du film d’animation d’Annecy. Sur fond d’une expo de Clyde Henry Productions.

Talk-Show

Talk-Show Catherine Ocelot

Mon nouveau livre, Talk-Show (paru chez Mécanique Générale) est en librairie.
C’est une bande dessinée qui raconte l’histoire de Bruno, un ours polaire animateur d’une émission de variété. On le suit à travers ses entrevues, et ses relations personnelles.

Extraits de la revue de presse (liste complète ici):

«C’est complètement loufoque et l’on ne peut que s’en réjouir en suivant les conversations de Bruno avec son producteur, avec Yoko Ono, avec un couple d’amis… et qui, au final, décrypte habilement, en abusant parfaitement des codes narratifs du présent, la triste solitude qui semblent s’être collectivement emparée de nous et l’affligeante mascarade sociale qui rythme nos quotidiens.»
Fabien Deglise, parue dans Le Devoir, 26 mars 2016

«Avec cette BD magnifiquement colorée, aux dessins simples mais au rendu fort original, on sonde un discours sensible sur les difficultés de communication interpersonnelle.
C’est frais, hilarant, intelligent. »
Choix de la rédaction dans la Revue des Libraires, avril-mai 2016

«Fable sur l’incommunicabilité, Talk-show est aussi un plaidoyer décapant contre le vide de nos conversations, de nos relations et de nos personnalités, comme si elles n’étaient que des artifices pour travestir notre authenticité sacrifiée à l’autel des mirages de la mode du moment. Véritable délice visuel Talk-show séduit avant tout par la qualité de ses dialogues, véritables petits bijoux, criants de vérité, de suffisance et de vacuité, si familiers qu’on se surprend plusieurs fois à se dire qu’ils pourraient être de nous. Véritable délice visuel Talk-show séduit avant tout par la qualité de ses dialogues, véritables petits bijoux, criants de vérité, de suffisance et de vacuité, si familiers qu’on se surprend plusieurs fois à se dire qu’ils pourraient être de nous.»
Robert Laplante, HuffingtonPost, 14 mai 2016

«Trop rarement surgit un nouveau dessinateur ou un auteur qui, par son style ou son propos, chavire et charme complètement l’amateur de bande dessinée que je suis. Je ne m’étais pas emballé ainsi pour un nouveau venu (ou une nouvelle venue dans ce cas-ci) depuis l’arrivée de Samuel Cantin.» ★★★★
François Cloutier, Lettres Québécoises, automne 2016

«Finement écrit et d’une grande intelligence, le texte, qui nage souvent entre l’humour léger et l’absurdité la plus totale, demande une certaine concentration au lecteur pour lui permettre d’en saisir toutes les subtilités, les nuances et les doubles sens.»
Philippe Michaud, Affaires de Gars, 22 mars 2016

Pour la revue de presse complète c’est par ici 

Quelques extraits du livre (cliquez pour agrandir…)

TalkShow_Catherine_Ocelot

TalkShow_Catherine_Ocelot

TalkShow_Catherine_Ocelot